Home HISTORIQUE DU COLLEGE DE LA SALLE – AMMAN
HISTORIQUE DU COLLEGE DE LA SALLE – AMMAN

HISTORIQUE DU COLLEGE DE LA SALLE – AMMAN

La fondation du Collège des Frères à Amman est due principalement à nos anciens élèves de la Palestine qui ont dû quitter leur pays à cause de l’occupation de leurs villes par l’armée israélienne.  De plus, c’était aussi un désir de Mgr. Nehmeh Sem’an  et du Patriarche Barlacina d’avoir  une école des Frères en Jordanie.

En 1948, les palestiniens ont vite compris qu’ils ne pourront pas revenir de si tôt dans leur pays et pour cela il fallait penser sérieusement à l’éducation de leurs enfants. De plus le Collège des Frères avait été fermé à Jérusalem à cause de la guerre.

Le F. Imier Félix, directeur de Jérusalem est arrivé à Amman en mai 1948 pour répondre aux  souhaits des parents et de Mgr. Nehmeh mais Mgr. Testa, qui a remplacé le patriarche, déconseille la fondation.

Histoire de rire, écoutez cette histoire. La veille de son départ pour Amman en mai 1948, le F. Félix  nous rencontre, mon frère et moi, et nous dit : « Demain je vais à Amman pour la journée, voulez- vous venir avec moi ? » Mon père étant la, on lui demande de lui parler . ¨Si c’est avec vous, je n’ai pas de problème, »lui dit mon père. »Ainsi, Antoine Alonzo et son frère William ont été à la première réunion pour la fondation du Collège de la Salle à Amman.

En 1950, les demandes se font plus pressantes, et les obstacles semblent s’évanouir. Le plus intéressant de toute l’histoire de la fondation est certainement la rencontre avec le roi Abdallah premier au palais royal. Le F. Zacharias, assistant du Supérieur Général, improvisa une allocution pleine de délicatesse que le roi écouta avec un intérêt visible. Les paroles du Frère étaient si convaincantes que le Roi s’exclama en riant:  » Vous parlez si bien mon Frère, qu’après trois jours de fréquentation de votre école, je parlerai moi-même le Français. J’ai appris que vous alliez ouvrir une école ici, dans ma capitale, vous avez mon approbation entière. Je connais vos œuvres dans mon Royaume, j’en suis content, je vous félicite et vous remercie pour tout le bien que vous faites. Je vous souhaite le plus franc succès. »     

Le 16 Août, les Frères avaient obtenu l’autorisation du gouvernement pour ouvrir le collège par le  et la permission d’enseigner trois langues: l’arabe, l’anglais et le français.

Le 19 septembre, les trois classes sont terminées: on accueille le 2 octobre les 100 élèves inscrits dans l’école qui a été louée à Jabal Amman. Cette maison sert aujourd’hui aux Grecs Catholiques.

Mais après deux ans, l’école est devenue trop petite et il fallait chercher un terrain ailleurs pour bâtir une vraie école avec terrain de jeux. Mgr. Assaf  a trouvé un terrain en dehors d’Amman et les Frères ont décidé de bâtir. Le 2 mai 1953, on a posé la première pierre, juste au moment où le Roi Hussein accédait au trône.

Voici une autre boutade. Les Frères voulaient acheter un grand morceau de terre pour avoir un terrain de football. Dans les écoles existantes, il n’y avait pas de cours de récréation  et le ministère ne voulait pas permettre ce grand achat. Tandis que le directeur essayait de les convaincre de la nécessité du terrain de foot-ball  dans une école, un employé dit: il y a ici un Anglais, on va lui demander son avis. L’anglais leur dit « Quand les Anglais doivent choisir l’école pour leurs enfants, ils demandent  premièrement à voir où sont les terrains de football, le reste est moins important pour eux » Ainsi notre cher directeur a eu gain de cause.

L’architecte S. Abousouan a fait le plan, et M. Tewfic Marar était l’ingénieur entrepreneur. Le 15 mai 1953, les Frères ont visité le Roi Hussein qui les a beaucoup encouragés et le 20 mai, l’école a été bénie et les classes ont commencé le 10 octobre avec 451 élèves.

C’était le début de l’école et la localité est devenue Jabal Hussein. La présence de l’école, a encouragé beaucoup de personnes à bâtir à Jabal Hussein qui est devenu un lieu résidentiel faisant partie de la municipalité de  Amman. L’école a continué de grandir rapidement et il a fallu augmenter les classes. En 1956, une aile a été bâtie avec 4 classes au premier étage qui donnaient directement sur le terrain de foot-ball et un rez- de- chaussée composé d’une grande salle et d’une boutique où les élèves pouvaient acheter des sandwiches et des sucreries, qui ouvraient sur la cour de récréation inférieure.    

L’habitude, dans nos écoles est d’avoir une messe journalière à l’intention des élèves, pour cela un endroit a été réservé pour la chapelle. Même dans la petite école de Jabal Amman, une salle était réservée comme chapelle. Cette chapelle était utilisée tous les jours pour la messe des élèves et le dimanche les gens des environs en profitaient aussi. Comme il n’y avait pas beaucoup d’églises à Amman, nos autobus faisaient le tour de la ville pour permettre aux élèves d’assister à la messe.

Avec le temps, cette chapelle est devenue très étroite et il fallait penser à un endroit plus grand. En même temps que l’école grandissait, Jabal Hussein aussi grandissait et une certaine organisation des rues devenait nécessaire. Pour notre chance, les terrains mitoyens devenait une possibilité de développement mais à ce moment, les dettes contractées pour la bâtisse présentaient une difficulté, aussi Mr. Tewfic Marar a offert de prêter l’argent nécessaire en 1962 pour acquérir le terrain.

Le F. Honoré, qui était directeur, a présenté un plan pour une grande salle polyvalente au- dessus de laquelle serait bâtie une belle chapelle spacieuse. Le travail a été confié à l’architecte  Sim’an Shamieh et l’ingénieur Emile Ghazzawi ainsi qu’à l’entrepreneur Michel Kassir, les trois nos anciens élèves de Palestine. Le Délégué, Mgr. Zanini a béni la première pierre de la chapelle le 4 novembre 1964.

Pendant qu’on bâtissait, la ville de Zerka grandissait aussi et le patriarche voulait bâtir une église; pour cela il a fait appel à des ingénieurs allemands. Ceux-ci, arrivant à Amman ont demandé s’il y avait des projets semblables en ville et ils sont venu voir le chantier et les plans. En voyant le travail méticuleux et les plans précis, ils ont dit au patriarche: « Vous avez des professionnels de cette qualité et vous faites appel à nous.  » Ainsi l’église de Zerka a été bâtie sur le plan de notre chapelle avec les différences de la nature du terrain et par nos ingénieurs.

Le décor intérieur de la chapelle a pris plus de temps. Le F. Honoré a lui-même dessiné les fenêtres qui ont été exécutées par le père Wilibrought du monastère des Trappistes de Latrounet. Le reste du décor a été fait par les Frères, principalement le F. Antoine Hatem qui a lui-même sculpté les statues. Le patriarche Alberto Gory est venu bénir la chapelle le premier avril 1967.

Quand les travaux étaient finis et la date de la bénédiction fixée, il restait beaucoup à faire  et les ouvriers étant débordés, alors nos grands élèves sont allés chez le directeur et lui ont dit :  » Laissez-nous vous aider » et ils ont nettoyé la chapelle et tous les environs pour que l’endroit soit digne, tous ont donné un coup de main, Chrétiens et musulmans, puis ils ont dit au directeur qui les remerciait : « C’est notre école et nous en sommes fiers ».

Les directeurs se sont succédé et chacun a essayé de rendre l’école aussi efficace que possible en bâtissant des classes, des laboratoires, des bibliothèques ou d’autres locaux , sans oublier l’enseignement, les méthodes d’enseignement, le matériel pédagogique etc.

La première graduation a eu lieu en juin 1958 sur la cour du collège pendant une fête sportive où l’orchestre militaire a accompagné les marches des élèves qui ont présenté une opérette en français. C’était sous la présidence du Premier Ministre Samir Rifai : son fils Abdallah était l’un des gradués.

Voici une liste des différents directeurs de cette école: F. Marcel Pradels (francais) 1950-1958,  F. Honoré Ayoub (Syrien) 1958-1968, F. Edmond Elie Ma’louf (libanais) 1968- 1973, F. François Khalil Hanna (palestinien) 1973-1976, F. Gérard Cannon (anglais) 1976-1979, F. Rafael Gonzalez (espagnol) 1979-1986, F. Noel Sakr (libanais) 1986-1996, F. Emile Akiki (libanais) 1996-2007, F. Rafael Gonzalez (espagnol) 2007-2009.

Quand l’Institut  a commencé à nommer des directeurs civils , le premier directeur fut Mr. Gabi Ghazzawi.

En 1968, le F. Elie Ma’louf est devenu directeur. Il a complété le travail du F. Honoré sur le nouveau terrain en créant des terrains de basket-ball pour l’entrainement des enfants. Ceux-ci se sont si bien entrainés qu’ils ont gagné plusieurs coupes et sont devenus les champions de la Jordanie.

 Pendant son mandat, le premier conservatoire de musique a été ouvert par un de nos anciens élèves de Jérusalem, Dr. Youssef  Khasho. Grâce à son encouragement, une centaine d’élèves se sont inscrits pour apprendre à jouer d’un instrument de musique. De plus, le conservatoire a aidé notre simple fanfare de scout à devenir le premier orchestre d’élèves qui a réussi, en 1970, avec l’aide de Mr. Karim Bawab, à remplir les 2000 places du palais des sports.

 Aussi, pendant son directorat, il a accepté l’idée d’ouvrir un juvénat pour encourager les vocations de Frères. En 1970 les Frères ont fait un tour dans les villages de la Jordanie et 12 enfants, de 14-15 ans, se sont présentés avec les recommandations des curés. Une aile au -dessus de l’école leur a été réservée et les Frères de la communauté se sont entraidés pour s’occuper de ces enfants. Le directeur a chargé le F. Albert de ce petit groupe, qui a été remplacé plus tard par le F. Miguel quand le F. Albert a été envoyé à Jérusalem.

En 1973, le F. François Khalil-Hanna est devenu directeur. Son idée était de rendre la vie plus agréable aux Frères et aux élèves. Pour cela, il a vendu une parcelle de terrain qui était dans la vallée et qui n’a jamais servi,  pour bâtir un troisième étage pour les Frères et utiliser les prémisses de la communauté comme classes et installer le chauffage central dans l’école.

En 1976, le F. Gérard est devenu directeur. F. Gérard était déjà là depuis 1960 comme professeur d’anglais et inspecteur des classes secondaires. Il a travaillé à rendre le système de finance plus adapté aux exigences modernes.

En 1979, le F. Rafael l’a remplacé. Le F. Rafael était un des fondateurs de cette école depuis 1953 à1962. Il a trouvé que les classes secondaires auraient besoin d’un espace plus grand et plus indépendant. A ce moment, Karim, notre ingénieur commençait à travailler avec une nouvelle méthode connue sous le nom de précontraint avec un autre de nos anciens élèves Nadim Gargour. Le F. Rafael a accepté le plan et l’ingénieur qui a surveillé les travaux, c’était Souheil Stephan , un ancien élève du collège. F. Rafael a dû prendre aussi des mesures de discipline qui était un peu perdue à cause de la guerre et  de la situation de désordre  que le pays a subi.

En 1986, c’était le tour du F.Noël Sakr qui a complété le travail du F. Rafael et s’est occupé de renouveler le système auditif et d’éclairage de la scène du théâtre ainsi que du renouvellement des laboratoires pour qu’ils soient utilisables pour les examens du GCE. Etant un professeur d’arabe, il a pris sur lui-même la coordination de la langue arabe en donnant lui-même parfois des leçons modèles. Avec l’aide d’un ancien professeur, il a trouvé un terrain à 30 km. de la ville qui pourrait servir comme terrain de promenade pour les élèves et de contact avec la nature.

Son successeur en 1996 était le F. Emile un artiste et un poète mais aussi un administrateur de marque. Il a encouragé la musique et l’art au collège et préparé le jubilé d’or du collège.  Il a aussi fortifié les fondations du premier bâtiment qui en avait besoin et bâti un escalier pour permettre aux élèves des classes complémentaires de circuler librement vers la cour sans passer par la section des petits. Il a aussi bâti une aile de classes sur pilotis ainsi la bibliothèque devenait accessible sans devoir faire le tour par la cour; c’était un projet qui a été planifié en 1973 mais qui n’a pas pu être exécuté à ce moment-là. Quant au terrain, il en a fait un jardin magnifique qu’on a appelé « Jardin de la Salle ».

En 2007, les Supérieurs on trappelé le F. Rafael pour deux raisons principales: la première était de choisir un successeur laïc. Vu qu’il connait le pays, les écoles et les professeurs, c’était à lui de trouver une personne qui pourrait remplacer les Frères comme directeur, et la personne qu’il a choisie c’était Mr. Gabi Ghazzawi. La seconde mission c’était de bâtir un jardin d’enfants, pour pouvoir arriver à la mixité au collège. Une loi ne permettait pas aux anciennes écoles de changer de statut mais en commençant la mixité au jardin d’enfant, il serait possible de continuer la mixité en demandant le permis à chaque nouvelle section.

En 2009, Mr. Gabi a pris la relève. Mr. Gabi est un ancien élève du collège et a une longue expérience comme professeur d’anglais et administrateur.

Mr. Gabi s’est mis immédiatement à la besogne pour garder le statut du collège et  l’améliorer en suivant de près toutes les innovations pédagogiques qui pourraient hausser le standard de l’école. Il s’est occupé d’une manière très spéciale du jardin d’enfant car là, se trouvait le futur de la mixité du collège. Une autre innovation était la garderie qui a enlevé un gros souci pour les professeurs ayant un bébé et pour les autres qui avaient leurs enfants au collège et pour cela il a bâti en 2014 un rez-de-chaussée pour ces petits et il profité pour bâtir deux autres étages pour des classes, des bureaux et des salles de réunions. En passant de 3 sections par classe à 4, il fallait trouver des classes; avec beaucoup d’astuce, il a trouvé des endroits peu utilisés et en a fait des classes. Quan aux classes secondaires, il a trouvé qu’en remplaçant les balcons, il pouvait avoir 10 classes au lieu de 8 et gagner ainsi deux classes à la place des laboratoires qu’il a reconstruits sur la terrasse. Il a fallut aussi penser aux toilettes des filles. Pour diminuer les factures d’électricité, il a installé l’énergie solaire. Aussi il n’a pas oublié la chapelle qui avait besoin d’être repeinte et la lumière renouvelée. Il a pensé aussi au jubilé d’or de cette chapelle.

Tout cela a été fait pour que nos élèves reçoivent la meilleure éducation possible et les préparer pour être les leaders de demain et servir leur pays comme il se doit.