FRERES DES ECOLES CHRETIENNES - PROCHE ORIENT
actualites
 
Archives 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
 
F. Eugène nous quitte, 58 ans après son arrivée en Orient
Frère Eugène OLEJNIK est décédé mardi 4 mars à Jérusalem. Ses funérailles ont eu lieu mercredi 5 mars en la Chapelle de l'Université de Béthléem, où il a été inhumé dans le caveau des Frères.
F. Eugène était dans sa 86ème année, la 69ème de vie religieuse. Depuis son arrivée en Egypte en 1950, il s'est dévoué au service des enfants et des jeunes. Il était à Jérusalem depuis l'an 2000.
Qu'il repose en Paix et qu'à l'exemple du don total et gratuit de sa vie, des jeunes généreux de notre région se consacrent à l'éducation lasallienne.

Voici le faire-part publié par le F. Visiteur Georges Absi.

--------------------------------
Frères des Ecoles Chrétiennes
District du Proche-Orient.


Le Frère Visiteur,
Les Frères du District du Proche-Orient,

ont le regret de vous faire part du décès du

FRÈRE EUGÈNE OLEJNİK

survenu le mardi 4 mars 2008,
dans sa 86ème année,
la 69ème de vie religieuse.

Frère Eugène a été au service des jeunes :

- de 1950 à 1991, en Egypte, au Collège de Bab-El-Louk, à Saint-Marc d'Alexandrie, à Saint-Paul de Choubrah et surtout à Saint-Joseph de Khoronfish. En 1984, il sera l'un des fondateurs de la Communauté de Bayadeya où il séjournera 5 années.

- de 1991 à 2000, en Slovaquie, son pays natal, où, à sa demande et en réponse à un appel des Supérieurs, il participera à la renaissance de l'Institut.

- à partir de 2000, à la Communauté de Jérusalem.

La messe de funérailles aura lieu le mercredi 5 mars à 3h p.m. en la chapelle de l'Université de Bethléem, suivie de l'inhumation dans le caveau des Frères à Bethléem.

Unissons nos prières pour lui, pour sa Communauté et pour sa famille.

Qu'il repose dans la paix de Dieu !

-------------------------------------------

La messe des funérailles, dans la chapelle de l'Université de Béthléem, a regroupé tous les membres de la famille lasallienne de Terre Sainte ainsi que tous ceux qui ont connu et aimé F. Eugène.
Au cours de la messe, le Frère Albert Alonzo, Coordinateur du Secteur Terre Sainte, a évoqué le parcours du F. Eugène en ces termes :

Intervention du Frère Albert lors des funérailles du Frère Eugène,
le 7 mars 2008.

L’évangile relatait la résurrection de Lazare. « Je suis la Résurrection et la Vie ».
« Très Sainte Trinité, je consacre toute ma vie pour votre plus grande gloire ».
Ces mots étaient écrits sur l’image que F. Eugène avait choisie lors de sa profession perpétuelle en France, en 1950. Au bas de cette image, il citait saint Paul : « Ma vie, c’est le Christ ».
Ladislas Olejnik est né dans un petit village de Slovaquie en 1922. D'ailleurs, sur le mur de sa chambre à Jérusalem, il aimait montrer la photo de l’église où il fut baptisé.
Comme il avait l’habitude de servir la messe, le prêtre du village l’encouragea à aller vers les Frères pour y discerner sa vocation. Ainsi, à l’âge de 12 ans, il quitta son village bien-aimé pour se rendre en France. En raison du régime communiste, il n’a revu sa famille qu’en 1962.
Après quelques années d’enseignement en France, après sa profession perpétuelle, il demanda à partir en Mission. C’est ainsi qu’il fut envoyé en Egypte en 1950 pour y demeurer jusqu’en 1991.
Nous savons que F. Eugène était un homme qui aimait l’ordre et la discipline, mais qu’il avait un cœur d’or envers les pauvres.
Quand je suis allé en Egypte, un des employé de l’école m’a raconté cette histoire : « Quand j’étais enfant, j’étais vraiment pauvre. Un jour, en arrivant à l’école, mon sac a déchiré mon pantalon. Etant en rang, F. Eugène a remarqué cela et m’a pris à part. Il a réparé mon pantalon et il m’a donné une de ses soutanes en me disant : « Dis à ta maman de faire des pantalons de cette étoffe ».
Evoquant l’Egypte, nous devons rappeler particulièrement le travail de ce Frère à Bayadeya. C’est un village pauvre du Sud de l’Egypte. La plupart des gens ne savait ni lire ni écrire en raison du manque d’écoles. Les enfants qui ne pouvaient trouver place à l’école demeuraient ignorants. Une Association a demandé aux Frères de venir l’aider. F. Eugène a été l’un des trois volontaires. Un jour, alors qu’il se promenait dans la campagne, quelques enfants ont accouru vers lui et lui ont dit : « Apprends-nous à lire. Regarde, là-bas, il y a une maison abandonnée qui abrite une pompe ». F. Eugène alla avec eux, nettoya l’endroit et commença, avec les rudiments d’arabe qu’il possédait, à leur apprendre l’alphabet.
En 1991, lors de la réouverture de nos écoles en Slovaquie, suite à l'appel lancé par le Frère Supérieur Général, le F. Vincent Gotwald lui demanda s’il pouvait aider à l’ouverture des écoles de cette région. Bien qu'il n'était plus très jeune, F. Eugène était prêt et se dépensa, jusqu’à l’an 2000, à enseigner le français dans ces écoles qui revivaient.
Lors du jubilé de ses 50 ans de profession perpétuelle, il demanda à faire un pèlerinage en Terre-Sainte. Le F. Visiteur étant là, il lui a demandé s’il voulait rester à Jérusalem. F. Eugène n’a pas hésité un instant et s’est investi aussitôt dans la bibliothèque. Si nous avions besoin d’un livre ou d’un article, sa réponse était prompte et juste.
Puis, il a découvert internet et pour lui ce fut un grand instrument pour effectuer maintes recherches. Il ne perdait jamais une minute, et il aimait dire qu’il s’instruisait lui-même.
Il est mort paisiblement après une attaque cardiaque qui l’a laissé, durant 9 jours, aux soins intensifs sous le regard des infirmières étonnées de sa patience et elles ont dit : « Jamais, il ne s’est plaint ».
Si le Christ dit qu’un verre d’eau ne sera jamais oublié, qu’en sera-t-il d’une vie toute entière consacrée à son service et aux pauvres depuis l’âge de 12 ans ?
-----------------------------------------------

TEMOIGNAGES
-------------------

M. Atef Rasmi, de Bayadeya, écrit :

Aux Chers Frères et aux membres de la Famille Lasallienne

J'ai appris avec tristesse le décès du F. Eugène, et me suis rappelé ce que les Frères nous ont toujours légué, à savoir la persévérance et l'insistance continue à servir.
Je n'oublie pas "l'école de la pompe" à Bayadeya, et la peine que F. Eugène se donnait pour enseigner les fils des paysans les plus pauvres.
Je suis sûr qu'il jouit de la vie éternelle avec Notre Seigneur Jésus-Christ. Que ses prières nous accompagnent toujours, et qu'il reste pour nous l'exemple qui nous conduit vers l'amour permanent et inlassable.
Toutes mes condoléances aux Frères.
Atef Rasmi et sa famille
-----------------------------

S. Blanca Reparaz, religieuse espagnole du Sacré-Cœur, écrit au F. Jean-Claude Hérault, secrétaire du District, qu'elle avait connu à Bayadeya (Haute-Egypte) en même temps que F. Eugène :

Cher Frère Jean-Claude,
Je suis très unie à votre peine pour le départ d’Eugène. Le temps que nous avons vécu ensemble m’aide toujours à maintenir l’élan de la Mission même si elle était difficile.
J aimerai que tu dises mes condoléances au F. Régis Claude Robbe dont je n’ai pas l’adresse. J’avais reçu la nouvelle par nos amis de Bayadeya.
Qu’il intercède pour la Haute Egypte et l’Association.
Union de prière.
S. Blanca

------------------------------

De Strasbourg, le Père Alain Moster, ancien coopérant au Collège des Frères de Jérusalem (1997-2000), a adressé aux Frères qu'il connaît le message suivant :

Chers Frères,

C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de F. Eugène.
Pour avoir vécu avec lui en communauté à Jérusalem (1999-2000 et quelques mois en 2006), je ne suis pas près de l'oublier.
Il restera comme une figure lumineuse d'éducateur lassallien, attentif aux autres, soucieux de faire grandir, toujours prêt à rendre service.
J'aimais l'écouter parler, tel un vieux sage ne se prenant pas au sérieux, de sa vie, de Bayadeya, de la Slovaquie et de l'aventure des Frères pendant le communisme, de sa vie de religieux en Egypte et ailleurs, des papiers que la France lui a donnés quand son pays d'origine refusa de les lui renouveler...
Je me souviens encore très bien de son évocation de ses jeunes années de Frère, en France occupée, de sa formation qu'il me décrivit dans les rues de Naplouse où nous nous promenions... Tant et tant d'anecdotes drôles, sérieuses ou édifiantes...
C'était toujours une joie pour moi de le revoir lors de mes visites en TS. La dernière fois, ce fut en octobre 2007, où il accueillit mon groupe de pèlerins pour un apéritif improvisé et très animé, et je me réjouissais de le revoir en avril. Il faudra désormais attendre la vie éternelle pour avoir la joie des retrouvailles...
En attendant, j'ai célébré la messe pour lui, une communion par-delà les limites de l'espace et du temps.
Je vous présente encore toutes mes condoléances et vous redis ma grande estime et mon amitié,
En Saint Jean-Baptiste de La Salle,
P. Alain Moster
-----------------------------------


PHOTOS :
------------
Messe :
- le cercueil dans le cheour, entouré des Frères.
- F. Albert Alonzo prononce l'oraison funèbre.
- Un Frère en prière devant le cercueil.
- Le célébrant donne la communion au F. Jean Manuel.
- Au deuxième rang de l'assistance, M. Sleiman Rabadi, directeur du Collège de Jérusalem.

- Trois photos récentes du F. Eugène : seul, et entouré des FF. Julio Coba, Georges Absi et Albert Alonzo, en août 2007, durant la retraite annuelle des Frères à Abou Ghoch, près de Jérusalem.
- Faire-part paru dans le journal al-Qods.
- Au Liban en 2005 avec les FF. Sameh Farouk, Guy Karam, Joseph Alak et Daoud Kassabry.
A Bayadeya :
- en 1987 avec F. Jean-Claude Hérault, MM. Michel Choucri, Magdi Kauzman, Tony (novice), Adel Chams, et F Régis-Claude Robbe.
- Trois photos de F. Eugène avec ses élèves au cours d'alphabétisation.

Retour

































 

Retour

         
 
REFLEXION LASALLIENNE 3 / 2017-2018

LASALLIENS SANS FRONTIERES
FORMER DES COMMUNAUTES VIABLES
Un environnement naturel et démographique radicalement transformé
(pdf – 7,44 MB)


télécharger les logos en HD
en francais
en anglais

Bulletin Vocations lasalliennes 2


Intercom 149


LETTRE PASTORALE AUX FRÈRES 
Un unique appel, plusieurs voix
(pdf – 0,6Mb)



La ligne du Temps du Fondateur




Frère Salomon Leclercq
Article à lire
Ressources à télécharger