FRERES DES ECOLES CHRETIENNES - PROCHE ORIENT
actualites
 
Archives 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
 
Sud Soudan – Un regain d'optimisme
Le premier Vice-président et leader de l´opposition pendant la guerre civile au Sud Soudan, Riek Machar, après beaucoup d´entraves, est rentré au Sud Soudan.
Il n´y n´a pas eu de désordres ou de violences à Juba à cause de son retour. Le gouvernement provisoire d´ union nationale a été formé. La semaine dernière, j´ai entendu l´archevêque de Juba parler avec beaucoup d´assurance sur le processus de paix, après avoir participé à une réception du gouvernement quelques jours avant. Il y a encore des généraux isolés dans le pays avec leurs propres milices qui disent ne pas accepter la paix et il y a encore des poches de violence ; peut-être même poussée par des troupes du gouvernement. Sur l´ensemble, le pays paraît plus stable.
Cependant l´économie a besoin d´être stabilisée : Le taux de change non-officiel a atteint des sommets autour de USD 1 =  SSP 45 (Pesos sud soudanais) mais a commencé à baisser à Juba jusqu´à environ USD 1 = SSP 28 ; mais ces derniers jours il est de nouveau monté à USD 1 = SSP 33. Un article publié il y a deux jours affirme :
« Les citoyens résidant à Juba, la capitale, ont demandé au récent gouvernement provisoire d´union nationale d´améliorer le coût de la vie qui est très élevé. Le gouvernement a une tâche très dure en revigorant une économie qui dépend énormément du pétrole pour se tenir à son budget annuel ». Alors que les prix augmentent lorsque le taux de change augmente, il ne semble pas qu´ils baissent lorsque le taux baisse !
Nous avons à présent parmi nous le P. George Meat Pietschh, aumônier de la communauté sud soudanaise de Melbourne (Australie). Je l´ai conduit à la cathédrale où il assistait à la messe célébrée par son ami Santo, évêque auxiliaire. George est entré chez l´évêque et à sa grande surprise il y a rencontré Riek Machar, qui n´est pas catholique mais marié à une catholique. Ils se mirent tous deux à parler et, par la suite, le vice-président Machar s´est montré optimiste parlant pendant une demi-heure à la cathédrale promouvant la restauration de la paix.
Le P. George a quelques membres de sa famille et beaucoup d´amis à Juba. La semaine dernière il a baptisé 104 personnes au camp de la Protection Civile (de l´ONU), y compris deux de ses neveux. La cérémonie a duré 4 heures !
Le travail immédiat du P. George à Juba était le transport d´un container, joliment décoré, plein de vêtements, de la nourriture, des vélos, de l´équipement scolaire et bien d´autres choses encore, qui était arrivé en 2013 juste avant qu´éclate la guerre civile. Le transport est prévu de Juba à Bentieu.
Avec l´aide du Catholic Relief Services des USA le container est sur la route de Bentieu. Dans quelques semaines ce sera la saison des pluies qui rendra les routes impraticables : Le P. George sera les semaines suivantes à Bentieu pour s´assurer que les affaires soient distribuées aux plus nécessiteux et, selon les catéchistes du lieu, il y baptisera beaucoup plus d´enfants qu´à Juba. Son retour et l´arrivée du container sont un message d´espérance pour les gens de la région. La plupart des photos jointes à ce rapport ont à voir avec le P. George au camp de Juba ou avec le container.
J´ai eu une série de rencontres récemment avec un de nos diplômés de l’École Normale, Gatwech Wiyual. « Gatwech » veut dire ´fils du pays´. Il est de Malakal et fait partie des étudiants qui ont dû abandonner leurs études lorsqu´éclata la violence vers la fin de 2013, ce qui entraîna la fermeture du campus de l´École Normale de Malakal.
Grâce à des dons nous avons pu envoyer Gatwech à Yambio où il a pu finir son éducation formelle secondaire mais sans pouvoir retourner à Malakal faute de sécurité sur place. Il vit donc au Camp de Protection Civile à Juba où l´ONU fournit du logement et de la nourriture mais pas des études.
C´est alors que Gatwech et 13 autres diplômés de l´école secondaire, parmi lesquels 8 ont été formés à l’Ecole Normale, ont commencé, comme volontaires, leur propre école en faveur de plus de 300 enfants d´école primaire. Gatwech m´a rencontré pour demander des fonds et pouvoir acheter le matériel scolaire de base. Cela donne à penser et de l´inspiration quand on voit ces professeurs sans salaire essayer de donner une opportunité au moins à quelques enfants dans ce camp surpeuplé.
Le Sud Soudan ne se réduit pas à des divisions tribales. En fait, dans cette école qu´ils ont nommée prétentieusement, le « Centre d´Apprentissage du Haut-Nil » ils enseignent non seulement les sujets fondamentaux : anglais, maths, sciences, éducation religieuse chrétienne et sciences sociales, mais aussi les langues nuer, shilluk et anyuak. Vous avez plus de chance d´être des amis si vous parlez la langue de l´autre… Le Sud Soudan est une route rocailleuse  mais, si vous regardez en avant, il y a des signes que la route s´améliore.
 
Hno. Bill Firman
Executive Director of Solidarity with South Sudan.
www.delasalle.org.au
 
 
source : www.lasalle.org/fr/2016/05/sud-soudan-un-regain-doptimisme/
 
source (anglais) : www.delasalle.org.au/blog/growing-optimism-in-south-sudan

Retour









 

Retour

         
 
REFLEXION LASALLIENNE 3 / 2017-2018

LASALLIENS SANS FRONTIERES
FORMER DES COMMUNAUTES VIABLES
Un environnement naturel et démographique radicalement transformé
(pdf – 7,44 MB)


télécharger les logos en HD
en francais
en anglais

Bulletin Vocations lasalliennes 2


Intercom 149


LETTRE PASTORALE AUX FRÈRES 
Un unique appel, plusieurs voix
(pdf – 0,6Mb)



La ligne du Temps du Fondateur




Frère Salomon Leclercq
Article à lire
Ressources à télécharger