FRERES DES ECOLES CHRETIENNES - PROCHE ORIENT
actualites
 
Archives 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
 
Projet Fratelli – Dieu est très bon
Le 15 mars nous avons de nouveau jeté les filets : on démarre les activités avec 70 enfants pauvres, syriens et libanais, du centre socio-éducatif Fratelli. C´est l´expérience de tous les jours pleine de nouveautés. Le début de quelque chose de grand au gré de Dieu. Il y a toujours des situations qu´il nous faut résoudre… et ça a été précisément l´odyssée du premier jour de classes :
En essayant d´arriver au premier refuge pour ramasser les enfants, l´autobus, par ses dimensions, ne pouvait pas prendre le tournant dans une rue. Le conducteur, avec des messieurs volontaires, ont dû littéralement porter une voiture (oui, la porter) pour nous ouvrir le passage. Une fois passés, alors que nous attendions les enfants hors du refuge il s´est mis à pleuvoir; mais la porte du refuge s´était fermée derrière nous et on ne pouvait plus s´y réfugier. Des enfants se sont mis à pleurer et ne voulaient plus venir…On a dû en catapulter un dans l´autobus. Ils étaient heureux, enfin, pas toujours assis, hyperactifs parce qu´ils allaient faire quelque chose de nouveau.
 
 
Nous devions aller au deuxième refuge. À notre arrivée, il n´y avait que deux enfants qui étaient prêts des 15 que nous devions prendre; les autres « dormaient ». Nous avons dû passer de porte en porter pour frapper et les réveiller. Un papa nous disait : « Demain ! » et moi je répondais « Maintenant ! ». On finit par en avoir la plupart. De nouveau dans l´autobus, j´avais des sentiments de tendresse et riais parce que ces petits m´enseignaient à prononcer l´arabe correctement…
Après 45 minutes, nous arrivons, enfin, au centre socio-éducatif. Il a suffit de descendre de l´autobus pour les voir courir de tous côtés. Après un bon moment nous avons pu les rassembler et les mettre en rangs.  Pour quelques-uns c´était la première fois qu´ils se mettaient en rang. Bon, allez, en classe ! Alors Miquel et moi nous les aidions à aller aux toilettes, à peindre et à colorer, à s´asseoir… Pour mettre un comble à ce branle-bas on a eu six visites en même temps : un Frère mariste, une sœur de la Compagnie de Marie, une famille de la région, le maire de Rmeileh, lieu où se trouve le centre, la directrice de l´école publique avec deux maîtresses et des ouvriers venus mettre une clôture…Et il ne fallait pas laisser les enfants seuls… On a réussi à recevoir les hôtes mais je ne sais pas comment !
Pendant la pause ont leur a offert un peu de nourriture mais non sans avoir remercié Allah. Après on a eu un temps pour jouer. Comme tous les enfants, et encore plus les nôtres qui portent une charge de souffrances bien forte, il y a eu des bagarres. Il fallait, cependant, y ajouter une nouvelle difficulté : une fillette s´est enfermée sans le vouloir dans une toilette jusqu´à trouver la solution au problème.
Vers la fin de la matinée je les ai raccompagnés à l´autobus sans grandes difficultés. Je suis rentré manger après avoir acheté quelques matériels qui manquaient. J´ai  appris à perdre la honte de marchander en pensant surtout que c´est pour les enfants.
Pendant toute la journée, au lieu d´être tendu, j´étais plein de joie et de paix. Je pensais à nos Fondateurs et les difficultés des origines. Nos problèmes c´est de la blague. De La Salle vit ses écoles attaquées, ses maîtres partir, des problèmes dedans et au-dehors…
 

Nous avons eu des absents parce que quelques parents ont cru qu´on employait les classes comme prétexte pour convertir leurs enfants au christianisme… Il leur a fallu de peu pour se rendre compte que ce n´était pas vrai et ils nous les ont envoyés. Nous voulons simplement qu´ils soient des personnes honnêtes, de bons fils de Dieu. « Si tu es chrétien, soit bon chrétien ; si tu es musulman, soit bon musulman ; si tu es hindou, soit bon hindou » (Mère Thérèse de Calcutta).
Des fois, en visitant les familles de nos élèves, des parents nous demandent : « Que faites-vous avec nos enfants pour  qu´ils vous aiment tant ? »… Pour nous, rien d´extra, ce que nous faisons c´est tout simplement les aimer et eux s´en rendent compte. Et alors, ils nous aiment, en retour, et viennent étudier avec joie parce qu´ils se sentent aimés. Ce n´est pas le fait qu´ils apprennent – et ils le font – mais qu´il sont heureux ici. Nous avons dû parler, précisément avec l´un des plus grands d´un autre refuge, pour une affaire de jalousie et une tentative de bagarre avec un jeune d´un autre refuge… Situations d´ados…Nous avons parlé avec eux pour éviter que ça aille plus loin ; même les parents sont venus. C´est exactement pour cela, parce que nous nous intéressons, parce que nous les aimons… Nous voulons créer une ambiance de paix, rompre le cycle de violence où ils sont submergés et auquel ils sont habitués. On a eu du plaisir quand on a su que la fois d´après ils n´ont pas répondu avec des insultes mais se sont tus alors que les autres les ont traités de lâches pour n´avoir pas voulu descendre de l´autobus et se bagarrer. Si c´est seulement avec ses quatre jeunes qu´on commence à créer un cercle de paix alors tout ce qu´on fait vaut la peine. « Si tu ne peux pas nourrir cent personnes, nourris une seule. Nous aimons le Christ en chaque pauvre et chaque être humain du monde est pauvre dans un aspect, au moins. Notre journée est faite de 24 heures avec Jésus » (Mère Thérèse).
Dieu non seulement est bon, il est TRÈS bon. La Providence nous installe peu à peu, avec sagesse, tendresse et patience. Nous nous laissons tout simplement utiliser par  le Maître, puisque nous sommes des instruments. La Salle le dit bien : « C´est Dieu qui, par sa Providence, a établi les écoles chrétiennes. Dieu est si bon, qu´ayant créé les hommes, il veut qu´ils  parviennent tous à la connaissance de la vérité » (MR 193,1,1). La récompense que doivent espérer ceux qui instruisent les enfants et s´attachent à accomplir cette tâche se trouve DÉJÀ ici-bas dans cette vie et pas dans l´autre. « Dieu est si bon qu’il ne laisse pas sans récompense le bien qu’on fait pour lui, et le service qu’on lui rend, surtout à l’égard du salut des âmes. S’il est vrai que Dieu récompense si fort, dès ce monde, ceux qui ont tout quitté pour lui, qu’ils en reçoivent le centuple dès cette vie 1 , à combien plus forte raison récompensera-t-il, même dans le temps présent, ceux qui se seront appliqués avec zèle à étendre son royaume! » (MR 207,1,1).
C´est dans ce but que nous devons travailler tous les jours. Comme le dirait Miquel, le Frère mariste qui vit avec moi, quand on lui a demandé « quand est-ce que tu t´es fait Frère », il a répondu : « C´est chaque jour que j´essaie d´être Frère». Il est vrai que les vœux ne m´ont pas donné ce que je dois être, c´est chaque jour je dois lutter pour être le Frère que Dieu et La Salle rêvent que je sois.
 

Le 27 avril nous célébrons le Jour de l´Enfant en l´honneur de notre Fondateur dans les deux centres scolaires que nous avons. Il y a des élèves et des maîtres des collèges lasalliens et maristes qui viennent travailler avec nos enfants, à vivre avec eux en leur proposant des activités.  L´Esprit Fratelli est en train de se fortifier…
Ce qui importe c´est d´arriver au ciel, oui, mais Dieu est si bon que ce ciel nous le pouvons déjà vivre ici sur terre. Dans le « Déjà mais pas encore ». Dieu agit aujourd´hui et ici. Et nous l´avons vu très clairement même au milieu de tant de douleurs. Dieu agit mais nous devons lui permettre de le faire. Nous sommes dans ses mains.

Je vous en prie, prions sans cesse pour la paix et pour la conversion de ceux qui font le mal.

Marie, Reine de la Paix, Sauve notre monde.

01 mai 2016.
Frère Andrés Porras
 
source : http://www.lasalle.org/fr/2016/05/projet-fratelli-dieu-est-tres-bon/

  Fratelli Libano

Retour



 

Retour

         
 
REFLEXION LASALLIENNE 3 / 2017-2018

LASALLIENS SANS FRONTIERES
FORMER DES COMMUNAUTES VIABLES
Un environnement naturel et démographique radicalement transformé
(pdf – 7,44 MB)


télécharger les logos en HD
en francais
en anglais

Bulletin Vocations lasalliennes 2


Intercom 149


LETTRE PASTORALE AUX FRÈRES 
Un unique appel, plusieurs voix
(pdf – 0,6Mb)



La ligne du Temps du Fondateur




Frère Salomon Leclercq
Article à lire
Ressources à télécharger