FRERES DES ECOLES CHRETIENNES - PROCHE ORIENT
actualites
 
Archives 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
 
Projet Fratelli au Liban

Un frère mariste et un frère De La Salle sont arrivés au Liban pour commencer un projet ayant pour but d’éduquer enfants réfugiéset les sortir des rues.

Le frère Miquel Cubeles, un frère mariste de la Province de L’Hermitage, de Barcelone, est arrivé à Beyrouth pour lancer le « Projet Fratelli », avec le frère Andrés Porras Gutérrez, un frère De La Salle, du Mexique.

La nouvelle communauté, qui ne sera formée, au départ, que de deux frères seulement; elle sera une des peu nombreuses communautés inter-congrégationnelles que comptent les maristes dans le monde.

« Je sens la force de Jésus en moi, et je pense que c’est Lui mon premier soutien » a indiqué le frère Miquel au Bureau de presse de la Maison générale. « Un second appui, c’est celui qui me sera aussi donné du fait de travailler ensemble – je ne suis pas celui qui part, c’est l’Institut mariste, c’est l’Église, les autres frères avec qui nous vivrons ensemble ».

Le frère Miquel signalait que « nous devrions recevoir le plus grand soutien des autres, savoir être une communauté, une fraternité et des frères pour les autres ».

L’Espagnol, qui a qualifié le projet de « réponse vraiment courageuse de l’Institut mariste » est arrivé à Beyrouth le 1er septembre, deux jours après le frère Andrés.

Les frères espèrent planifier leur travail d’une façon plus détaillée dans les prochains jours et les prochains mois, après avoir exploré où se trouvent les plus grands besoins.

Le frère Andrés soulignait : « Nous n’arrivons pas avec un projet précis, nous arrivons pour écouter, connaître la réalité, voir ce que nous pouvons faire avec les gens qui sont là pour nous conseiller ».

« Si nous commençons un projet, que ce soit avec ceux qui en ont le plus besoin » a affirmé le Mexicain. « Nous ne voulons pas copier quelque chose qui existe déjà ou aller vers des enfants ou des jeunes qui ont déjà de l’aide, mais avec ceux qui sont les plus marginaux, les plus vulnérables ou ceux qui n’ont aucune source d’aide, aucune famille ».

Au dire du frère Miquel, « nous serons, au début, dans un des quartiers de Beyrouth et nous résiderons dans une communauté religieuse, la nôtre; par la suite, nous nous installerons là où aurons vu le besoin le plus criant ».

« Nous espérons – et cela, je le dis de tout mon cœur – nous souhaitons aller là où vraiment personne ne va » a ajouté le frère Miquel. « Là où il y a un enfant seul, sans aide, qu’il puisse rencontrer un frère ». 

Leur travail sera présenté comme le « Projet Fratelli », une inspiration à partir de la Lettre Apostolique du Pape François aux personnes consacrées, en novembre dernier; il en est découlé un accord entre les Frères Maristes et les Frères des Écoles Chrétiennes pour lancer ce projet.

« J’ai accueilli cette invitation comme un cadeau » a redit le frère Miquel qui vivait, jusqu’alors, à Barcelone, en Espagne. « C’est, pour moi, une nouvelle occasion de renforcer et de relancer avec plus d’intensité ma vie de frère dans ce nouveau commencement ».

Il a indiqué que ce fut une « grande surprise » quand le Supérieur général, le frère Emili Turú, lui a demandé de commencer ce travail au Liban.

« Je pensais que ce n’était pas pour moi, parce que je le voyais comme une mission très difficile, étant donnée la situation du pays, l’âge que j’ai, et aussi parce que j’étais impliqué dans une mission, à Barcelone, que je crois être aussi une mission aux frontières, qui est utile et dans laquelle je me sentais bien » a observé le frère Miquel.

« Le Projet Fratelli est un défi pour moi, il me stimule à développer et à vivre avec plus de profondeur ma vocation et répondre aujourd’hui à ce besoin concret » a-t-il ajouté.

Et dans la rencontre avec le frère Andrés, celui-ci affirma : « Nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes sentis en unité, et je crois que nous ferons une bonne équipe ».

« Mais, évidemment, nous ne travaillerons pas seuls, et nous ne voulons pas, non plus, vivre seuls » a-t-il réaffirmé. « Nous voulons former une communauté avec les autres le plus possible, collaborer et nous unir à beaucoup d’autres personnes, compter aussi sur nos frères et laïcs qui sont déjà présents là-bas et, avec eux, entrevoir et rêver des projets réalistes, et être attentifs aux enfants et aux jeunes. »

_______________________

Le Projet Fratelli est une collaboration inter-congrégationnelle impliquant les Frères Maristes et les Frères De La Salle, et à laquelle ils invitent d’autres congrégations. Le Projet Fratelli n'est pas limité à l’action au Moyen-Orient et on pense qu’il pourrait être établi là où les enfants et les adolescents souffrent d'un conflit, sont des déplacés, des réfugiés ou des migrants.

Les coordonnateurs au Liban, Frères Andrés Porras, FSC et Miquel Cubeles, FMS, travaillent avec un Comité consultatif local et préparent des jeunes réfugiés à investir en eux-mêmes et pour l'avenir de leur pays d'origine.

- See more at: http://www.champagnat.org/400.php?a=6&n=3714#sthash.I7HDa5yH.dpuf

Un frère mariste et un frère De La Salle sont arrivés au Liban pour commencer un projet ayant pour but d’éduquer enfants réfugiéset les sortir des rues.

Le frère Miquel Cubeles, un frère mariste de la Province de L’Hermitage, de Barcelone, est arrivé à Beyrouth pour lancer le « Projet Fratelli », avec le frère Andrés Porras Gutérrez, un frère De La Salle, du Mexique.

La nouvelle communauté, qui ne sera formée, au départ, que de deux frères seulement; elle sera une des peu nombreuses communautés inter-congrégationnelles que comptent les maristes dans le monde.

« Je sens la force de Jésus en moi, et je pense que c’est Lui mon premier soutien » a indiqué le frère Miquel au Bureau de presse de la Maison générale. « Un second appui, c’est celui qui me sera aussi donné du fait de travailler ensemble – je ne suis pas celui qui part, c’est l’Institut mariste, c’est l’Église, les autres frères avec qui nous vivrons ensemble ».

Le frère Miquel signalait que « nous devrions recevoir le plus grand soutien des autres, savoir être une communauté, une fraternité et des frères pour les autres ».

L’Espagnol, qui a qualifié le projet de « réponse vraiment courageuse de l’Institut mariste » est arrivé à Beyrouth le 1er septembre, deux jours après le frère Andrés.

Les frères espèrent planifier leur travail d’une façon plus détaillée dans les prochains jours et les prochains mois, après avoir exploré où se trouvent les plus grands besoins.

Le frère Andrés soulignait : « Nous n’arrivons pas avec un projet précis, nous arrivons pour écouter, connaître la réalité, voir ce que nous pouvons faire avec les gens qui sont là pour nous conseiller ».

« Si nous commençons un projet, que ce soit avec ceux qui en ont le plus besoin » a affirmé le Mexicain. « Nous ne voulons pas copier quelque chose qui existe déjà ou aller vers des enfants ou des jeunes qui ont déjà de l’aide, mais avec ceux qui sont les plus marginaux, les plus vulnérables ou ceux qui n’ont aucune source d’aide, aucune famille ».

Au dire du frère Miquel, « nous serons, au début, dans un des quartiers de Beyrouth et nous résiderons dans une communauté religieuse, la nôtre; par la suite, nous nous installerons là où aurons vu le besoin le plus criant ».

« Nous espérons – et cela, je le dis de tout mon cœur – nous souhaitons aller là où vraiment personne ne va » a ajouté le frère Miquel. « Là où il y a un enfant seul, sans aide, qu’il puisse rencontrer un frère ». 

Leur travail sera présenté comme le « Projet Fratelli », une inspiration à partir de la Lettre Apostolique du Pape François aux personnes consacrées, en novembre dernier; il en est découlé un accord entre les Frères Maristes et les Frères des Écoles Chrétiennes pour lancer ce projet.

« J’ai accueilli cette invitation comme un cadeau » a redit le frère Miquel qui vivait, jusqu’alors, à Barcelone, en Espagne. « C’est, pour moi, une nouvelle occasion de renforcer et de relancer avec plus d’intensité ma vie de frère dans ce nouveau commencement ».

Il a indiqué que ce fut une « grande surprise » quand le Supérieur général, le frère Emili Turú, lui a demandé de commencer ce travail au Liban.

« Je pensais que ce n’était pas pour moi, parce que je le voyais comme une mission très difficile, étant donnée la situation du pays, l’âge que j’ai, et aussi parce que j’étais impliqué dans une mission, à Barcelone, que je crois être aussi une mission aux frontières, qui est utile et dans laquelle je me sentais bien » a observé le frère Miquel.

« Le Projet Fratelli est un défi pour moi, il me stimule à développer et à vivre avec plus de profondeur ma vocation et répondre aujourd’hui à ce besoin concret » a-t-il ajouté.

Et dans la rencontre avec le frère Andrés, celui-ci affirma : « Nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes sentis en unité, et je crois que nous ferons une bonne équipe ».

« Mais, évidemment, nous ne travaillerons pas seuls, et nous ne voulons pas, non plus, vivre seuls » a-t-il réaffirmé. « Nous voulons former une communauté avec les autres le plus possible, collaborer et nous unir à beaucoup d’autres personnes, compter aussi sur nos frères et laïcs qui sont déjà présents là-bas et, avec eux, entrevoir et rêver des projets réalistes, et être attentifs aux enfants et aux jeunes. »

_______________________

Le Projet Fratelli est une collaboration inter-congrégationnelle impliquant les Frères Maristes et les Frères De La Salle, et à laquelle ils invitent d’autres congrégations. Le Projet Fratelli n'est pas limité à l’action au Moyen-Orient et on pense qu’il pourrait être établi là où les enfants et les adolescents souffrent d'un conflit, sont des déplacés, des réfugiés ou des migrants.

Les coordonnateurs au Liban, Frères Andrés Porras, FSC et Miquel Cubeles, FMS, travaillent avec un Comité consultatif local et préparent des jeunes réfugiés à investir en eux-mêmes et pour l'avenir de leur pays d'origine.

- See more at: http://www.champagnat.org/400.php?a=6&n=3714#sthash.I7HDa5yH.dpuf
Un frère mariste et un frère De La Salle sont arrivés au Liban pour commencer un projet ayant pour but d’éduquer enfants réfugiés et les sortir des rues.

Le frère Miquel Cubeles, un frère mariste de la Province de L’Hermitage, de Barcelone, est arrivé à Beyrouth pour lancer le « Projet Fratelli », avec le frère Andrés Porras Gutérrez, un frère De La Salle, du Mexique.

La nouvelle communauté, qui ne sera formée, au départ, que de deux frères seulement; elle sera une des peu nombreuses communautés inter-congrégationnelles que comptent les maristes dans le monde.

« Je sens la force de Jésus en moi, et je pense que c’est Lui mon premier soutien » a indiqué le frère Miquel au Bureau de presse de la Maison générale. « Un second appui, c’est celui qui me sera aussi donné du fait de travailler ensemble – je ne suis pas celui qui part, c’est l’Institut mariste, c’est l’Église, les autres frères avec qui nous vivrons ensemble ».

Le frère Miquel signalait que « nous devrions recevoir le plus grand soutien des autres, savoir être une communauté, une fraternité et des frères pour les autres ».
L’Espagnol, qui a qualifié le projet de « réponse vraiment courageuse de l’Institut mariste » est arrivé à Beyrouth le 1er septembre, deux jours après le frère Andrés.
Les frères espèrent planifier leur travail d’une façon plus détaillée dans les prochains jours et les prochains mois, après avoir exploré où se trouvent les plus grands besoins.

Le frère Andrés soulignait : « Nous n’arrivons pas avec un projet précis, nous arrivons pour écouter, connaître la réalité, voir ce que nous pouvons faire avec les gens qui sont là pour nous conseiller ».
« Si nous commençons un projet, que ce soit avec ceux qui en ont le plus besoin » a affirmé le Mexicain. « Nous ne voulons pas copier quelque chose qui existe déjà ou aller vers des enfants ou des jeunes qui ont déjà de l’aide, mais avec ceux qui sont les plus marginaux, les plus vulnérables ou ceux qui n’ont aucune source d’aide, aucune famille ».
Au dire du frère Miquel, « nous serons, au début, dans un des quartiers de Beyrouth et nous résiderons dans une communauté religieuse, la nôtre; par la suite, nous nous installerons là où aurons vu le besoin le plus criant ».
« Nous espérons – et cela, je le dis de tout mon cœur – nous souhaitons aller là où vraiment personne ne va » a ajouté le frère Miquel. « Là où il y a un enfant seul, sans aide, qu’il puisse rencontrer un frère ». 

Leur travail sera présenté comme le « Projet Fratelli », une inspiration à partir de la Lettre Apostolique du Pape François aux personnes consacrées, en novembre dernier; il en est découlé un accord entre les Frères Maristes et les Frères des Écoles Chrétiennes pour lancer ce projet.
« J’ai accueilli cette invitation comme un cadeau » a redit le frère Miquel qui vivait, jusqu’alors, à Barcelone, en Espagne. « C’est, pour moi, une nouvelle occasion de renforcer et de relancer avec plus d’intensité ma vie de frère dans ce nouveau commencement ».
Il a indiqué que ce fut une « grande surprise » quand le Supérieur général, le frère Emili Turú, lui a demandé de commencer ce travail au Liban.
« Je pensais que ce n’était pas pour moi, parce que je le voyais comme une mission très difficile, étant donnée la situation du pays, l’âge que j’ai, et aussi parce que j’étais impliqué dans une mission, à Barcelone, que je crois être aussi une mission aux frontières, qui est utile et dans laquelle je me sentais bien » a observé le frère Miquel.
« Le Projet Fratelli est un défi pour moi, il me stimule à développer et à vivre avec plus de profondeur ma vocation et répondre aujourd’hui à ce besoin concret » a-t-il ajouté.

Et dans la rencontre avec le frère Andrés, celui-ci affirma : « Nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes sentis en unité, et je crois que nous ferons une bonne équipe ».
« Mais, évidemment, nous ne travaillerons pas seuls, et nous ne voulons pas, non plus, vivre seuls » a-t-il réaffirmé. « Nous voulons former une communauté avec les autres le plus possible, collaborer et nous unir à beaucoup d’autres personnes, compter aussi sur nos frères et laïcs qui sont déjà présents là-bas et, avec eux, entrevoir et rêver des projets réalistes, et être attentifs aux enfants et aux jeunes. »

_______________________
Le Projet Fratelli est une collaboration inter-congrégationnelle impliquant les Frères Maristes et les Frères De La Salle, et à laquelle ils invitent d’autres congrégations. Le Projet Fratelli n'est pas limité à l’action au Moyen-Orient et on pense qu’il pourrait être établi là où les enfants et les adolescents souffrent d'un conflit, sont des déplacés, des réfugiés ou des migrants.
Les coordonnateurs au Liban, Frères Andrés Porras, FSC et Miquel Cubeles, FMS, travaillent avec un Comité consultatif local et préparent des jeunes réfugiés à investir en eux-mêmes et pour l'avenir de leur pays d'origine.

Source : www.champagnat.org

  Fratelli Libano

 

Retour

 

Retour

         
 

Subscribe to our mailing list

* indicates required





Bulletin N. 256 Créativité et courage: vivre la promesse du 39e Chapitre général (pdf – 4 MB)


REFLEXION LASALLIENNE 3 / 2017-2018

LASALLIENS SANS FRONTIERES
FORMER DES COMMUNAUTES VIABLES
Un environnement naturel et démographique radicalement transformé
(pdf – 7,44 MB)


télécharger les logos en HD
en francais
en anglais

Bulletin Vocations lasalliennes 2


Intercom 150