FRERES DES ECOLES CHRETIENNES - PROCHE ORIENT
actualites
 
Archives 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
 
Les Frères du Caire ont longtemps coopéré avec Soeur Emmanuelle
Sœur Emmanuelle qui vient de décéder dans sa 100ème année, connue dans le monde entier pour son action en faveur des pauvres chiffonniers en Egypte, a eu d'excellentes relations de coopération missionnaire avec les Frères au Caire.

F. Yves Lecocq, aujourd'hui en mission au Soudan, nous retrace dix ans de cette collaboration à l'œuvre du Moqattam.

"J'ai connu Soeur Emmanuelle au Caire, pendant des années et je puis dire qu'elle connaissait les Frères d'Egypte et d'ailleurs (elle avait une chambre à la Maison de La Salle, Rue de Sèvres à Paris, jusqu'il y a quelques années).
Il y aurait beaucoup à dire sur ses visites à la communauté des Frères à St Joseph, dans le quartier populaire de Khoronfish, ou elle venait parler d'un de ses projets --qui souvent était déjà bien ficelé-- avec "son cousin F. Guy Mouëzy et les autres Frères...Quelques fois ses propos étaient mêlés de pleurs et aussi de rires. Elle trouvait souvent que son point de vue était quand même le meilleur.
Un jour de 1982 ou 1983, elle entre dans la chapelle du Noviciat de l'époque "La Belle Porte", au collège De La Salle du Caire. Nous avions une célébration avec le Frère Supérieur Général Pablo Etcheverria, de passage en Egypte. Sans gêne elle nous a apostrophés en nous demandant de faire quelque chose pour les chiffonniers avec elle, et pourquoi pas de prendre la direction de l'école qu'elle avait ouverte...
Un défi ! Nous n'avons pas pris l'école du Moqattam, car nous nous apprêtions à repartir pour la Haute-Egypte, dans un village où nous menons jusqu'à ce jour une mission d'alphabétistaion et d'encadrement de deux écoles d'une association chrétienne locale. Autre grand défi que nous avons pu relever, comme celui de Khartoum depuis cinq ans...
Mais les Frères ont fréquenté le Moqattam durant des années et dans des actions éducatives, complémentaires et souvent mieux adaptées que ce que propose l'école égyptienne traditionnelle : groupe de jeunes , scouts, club d'enfants, équipes de JOC,groupe d'alphabétisation, camps...
Soeur Emmanuelle a encore beaucoup compté sur les services financiers et l'accueil apporté par des personnes comme Jacques Boulad et F. Régis Robbe et par le Collège de la Salle, où elle venait rencontrer ses soeurs qui avaient construit un appartement sur une terrasse. C'est à De la Salle qu'elle a célébré son jubilé d'or de vie religieuse. Elle y avait invité Madame D. Mitterrand, qui avait fait le déplacement.
Pour moi, engagé par F. Jean-Claude Hérault, partant pour Bayadeya en Haute-Egypte, à poursuivre sa présence (pendant trois ans) auprès d'un groupe d'adolescents scolarisés : chiffonniers et fils de chiffonniers. Je me suis retrouvé lié au Moqattam de Sr. Emmanuelle pendant plus d'une dizaine d'années, y montant presque tous les mercredis soirs.
Nous avons créé le club d'enfants : "Shams el Asdiqa - Le Soleil des Amis". Pris en charge peu à peu par les premiers bénéficiaires. Particulièrement avec les jeunes, des passerelles ont été jetées entre ce monde des chiffonniers et nos élèves : visites réciproques, amitiés, souci de l'autre et découverte de ses valeurs, en particulier le travail manuel.
Apprendre à faire du papier recyclé ou du tissage, dans une salle du Collège de la Salle avec pour instructeurs ces mêmes garçons et filles qui ne recueillaient souvent que le mépris ou l'indifférence dans la rue. Adel Mounir, un des animateurs de la première heure, est toujours là pour que ça continue. Il m'est arrivé qu'un jeune "zabbal" me reconnaisse dans la rue et quitte sa charrette d'éboueur pour venir m'embrasser. J'en étais heureux.
Nous , Frères, n'avons pas fait l'école au Moqattam, mais pour ma part j'y ai puisé une bonne part de l'esprit que j'ai essayé de faire passer dans les activités éducatives et sociales que j'ai lancées ou accompagnées avec nos élèves et animateurs.
Tout n'allait pas comme sur des roulettes, quand Sr. Emmanuelle était loin et qu'il y avait eu des conflits entre des jeunes "zabbaline" et les animateurs du club, lesquels ne partageaient pas tous la vision de la Soeur. Elle arrivait, on discutait et on repartait à neuf. La Soeur avait parlé."
Elle avait tenu à préparer " L'après Emmanuelle " et nous savons qu'il y a eu bien de nouveaux "Avec Emmanuelle" inattendus, durant sa retraite. Elle était une flamme, comme certains l'ont dit et qui n'est pas près de s'éteindre.
Phare, flamme, Soeur Emmanuelle le reste dans le cœur de beaucoup de ceux qui l'ont croisée. Frères en Egypte, nous n'avons pas fait ce qu'elle faisait, mais son témoignage nous a soutenus dans les engagements que nous avons pris vers les défavorisés de l'éducation. J'ajouterai qu'à Khartoum, aujourd'hui, je profite concrètement de son action au Soudan, car une ou deux fois par mois, j'utilise un véhicule offert par un groupe de ses amis de l'Association Orange, à l'Association St. Vincent de Paul de Khartoum, pour aller visiter des centres d'enseignement religieux isolés, éloignés de 50 à 100km.
(F. Yves Lecocq)
--------------------------------------------------------

Pous sa part, F. Jean-Claude Hérault, pionnier de la mission des Frères à Bayadeya, et aujourd'hui Secrétaire du District, nous livre le témoignage suivant sur sa coopération à l'oeuvre de Sr Emmanuelle :

"Le départ de S. Emmanuelle ne me laisse pas indifférent, puisque j’ai eu l’occasion de collaborer avec elle de 1981 à 1984 lorsqu’elle a lancé ses projets dans le 2ème bidonville du Caire, celui du Moqattam. Les liens que j’avais avec elle l’ont amené à me proposer de participer à l’animation de groupes de jeunes.
Ainsi, chaque vendredi, avec l’aide d’un jeune animateur au Collège de la Salle, au Daher, nous allions passer plusieurs heures pour essayer de monter une troupe scoute ou du moins de réunir quelques jeunes pour leur montrer qu’ils étaient capables de faire quelque chose de beau et qu’ils avaient de la valeur à nos yeux. Il nous fallait calculer avec leurs activités de ramassage et de triage des ordures. Mais de ces rencontres régulières sont nées des amitiés qui perdurent encore aujourd’hui, 25 ans après ces premiers contacts.
Le soutien scolaire que nous avons pu aussi donner et nos encouragements pour suivre régulièrement une scolarité dans les écoles officielles ont valu à certains de pouvoir entrer à l’université et de devenir des hommes respectables et respectés.
De même, les réflexions faites avec ce groupe de jeunes les ont amené à s’engager à leur tour pour d’autres jeunes, afin qu’ils bénéficient des mêmes chances pour construire leur vie.
De ces débuts modestes sont nés ensuite d’autres activités et projets de développements de ce lieu qui n’était fréquenté que par des gens convaincus qu’un petit geste et qu’un vivre-ensemble dans le respect et l’amitié pouvaient changer le cours des choses et de toute une vie.
(F. Jean-Claude Hérault).

D'autres témoignages suivront.


PRIERE
-----------
écrite par Sr Emmanuelle, il y a quelque temps, dans le cadre d'une prière communautaire :


"Seigneur, arrivée au soir de mes jours,
je relis l’album de ma vie
et je te retrouve à chaque page.
Ta main m’a conduite à Sion
pour me consacrer à Toi, corps et âme.
Tu as versé dans mon être
une soif de pauvreté,
et un jour du temps Tu m’as immergée
dans un bidonville
où Tu m’as fait vivre des heures passionnantes,

cœur à cœur avec les plus petits, les plus méprisés du monde :
c’était ton corps que je rencontrais dans chaque cabane,
c’étaient tes souffrances que Tu m’apprenais à partager,
c’était ton souffle d’amour qui animait mon cœur
pour qu’il s’exhale sur tes membres les plus aimés.

Et chaque dimanche, tu me faisais retrouver,
auprès de mes soeurs, la source fraîche
de ma consécration
pour que je reparte, revigorée , dans la joie.

Arrivée au soir des jours,
je te prie, ô Vierge, ma mère,
d’offrir à ton Fils, en mon cœur,
ton plus beau sourire.

Dis lui « merci » de m’avoir conduite à Sion,
où « Il s’est posé
comme un sceau sur mon cœur
comme un sceau sur mon bras

Car l’Amour est fort comme la mort »

Sœur Emmanuelle

-------------------------------------------------



PHOTOS :
------------

Sr Emmanuelle parmi les chiffonniers du Moqattam.
Deux photos récentes.
Avec l'Abbé Pierre.
Biographie.
Bibliographie.

Retour





































 

Retour